Les dernières critiques

The LodgersMv5bnzbinwjiytmtnmq1ni00mtkwltgwogmtntninjhiodiznzy0xkeyxkfqcgdeqxvynzi1nzmxnzm v1 sy1000 cr0 0 706 1000 al

1920. Dans un village isolé d’Irlande, les habitants se remettent peu à peu des conséquences de la Première Guerre mondiale. Lorsque Sean revient mutilé après avoir participé au conflit, il fait la connaissance de Rachel. Cette jeune femme mystérieuse vit seule avec son frère dans une immense demeure.

Tous deux doivent suivre trois règles strictes : être couchés à minuit, ne jamais laisser entrer un étranger et ne jamais abandonner l’autre. Ce règlement leur est dicté par d’étranges présences menaçantes qui semblent résider sous la maison.


Bienvenue à ZombielandAffiche 14

Alors que le monde a été dévasté par une épidémie transformant les gens en zombie, un jeune homme, strict, coincé et peureux parvient à survivre. Il tente de se rendre à Colombus, où il espère retrouver sa famille.

Sur la route, il rencontre Tallahassee, puis Witchita et Little Rock. Ces dernières veulent rejoindre la Californie, et plus particulièrement un parc d'attractions où elles sont allées quand elles étaient jeunes et dont on dit qu'il est libre de tout zombie.


The WitchMv5bzjq5mtm2ntutowe0ys00ntg0ltllodgtmdq0ogvimzu1zwflxkeyxkfqcgdeqxvyodiyoteymzy v1 sy1000 cr0 0 736 1000 al

XVIIe siècle, Nouvelle-Angleterre. Une famille de colons anglais est bannie de son village. Le père, William, est considéré comme trop fanatique d'un point de vue religieux. La famille est contrainte de s'exiler. Elle trouve une terre prometteuse, en bordure de forêt. Une ferme est construite et la routine s'instaure peu à peu, loin de tout et de tous.

Mais un jour, le bébé de la famille disparaît. Le premier drame d'une longue liste, qui amènera William, sa femme Kate et leurs enfants, dont la fille aînée Thomasin, à comprendre qu'ils sont la proie d'une sorcière. Et à se poser cette question : la menace vient-elle de l'extérieur de la ferme ou de l'intérieur ?

Notre film du mois 

Tous les mois, on vous propose de (re)découvrir un film que nous avons aimé. Ce mois-ci, c'est...

 

 Scream

Le 2 août, Wes Craven aurait eu 80 ans. Si ce grand nom de l'horreur a secoué le genre à plusieurs reprises, son film ayant eu l'influence la plus considérable reste Scream. Sorti au milieu des années 1990, alors que le slasher est dans le creux de la vague, Scream a renouvelé le genre, le rendant moins cliché, plus surprenant, donc plus intéressant. La saga dans son intégralité est à voir (à part le 3 dont on peut se passer sans problème), mais le premier reste le meilleur de tous.

18454857 jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx

La petite ville de Woodsborro est sous le choc : deux adolescents ont été atrocement massacrés la nuit précédente et les autorités n'ont aucun moyen de découvrir qui a commis le crime. Au lycée, tout le monde ne parle que de la mort des deux jeunes.

Sidney Prescott, adolescente dont la mère a été assassinée un an plus tôt, deviendra rapidement la cible du tueur. Avec l'aide de Dewey, un shériff adjoint gentil mais pas malin et de Gale, une journaliste de presse à scandale, elle devra tenter de découvrir l'identité du tueur qui peut-être n'importe qui. Même l'un de ses amis.

Mv5bmgm5mjqznditzjg2mi00ntc3lwjindatmmy4ytuzmthinmjhxkeyxkfqcgdeqxvynjq4ode4mzq v1


Trois bonnes raison de le voir


Son respect des fans

Si Scream se moque du genre et de ses clichés, il ne le fait jamais avec condescendance. Contrairement à beaucoup de comédies d'horreur tournant le genre et ses amateurs en ridicule, Scream montre un respect énorme de ce style de cinéma. Des références nombreuses le parsèment et un véritable amour de l'horreur transparaît dans le film. 

Son intelligence

On reproche souvent au slasher d'être l'un des sous-genres les plus décérébrés du cinéma d'horreur. Empli de clichés tenaces, le slasher a eu longtemps du mal à se réinventer. Scream, lui, a su le faire et de façon brillante. À l'époque, sa façon d'aborder le sous-genre était révolutionnaire.  

Son influence

Le paysage cinématographique a changé après Scream. Dans l'horreur du moins. En plus de proposer un renouveau pour le slasher, Scream a remis au goût du jour la satire intelligente de l'horreur. Les personnages ont évolué, sont devenus moins stéréotypés et, surtout, ont commencé à avoir des réactions crédibles. Bien sûr, Scream n'est pas la seule oeuvre du genre à avoir lancé ce mouvement, mais il a clairement fait partie des pionniers. 

 

Retrouvez notre critique complète en cliquant ici

Mv5bmdy0ngvlzdmtzdlhni00njq0lwe2mzgtmmu1mtk2nzfjndbkxkeyxkfqcgdeqxvynjq4ode4mzq v1